Que faut-il faire pour bien isoler une maison ?

Les conseils EFYOS, marque du groupe Soprema pour réussir votre isolation

1 - Equilibrer la résistance thermique de vos parois

Un traitement équilibré permet d’obtenir de meilleurs résultats :

baisse des consommations de chauffage, diminution des phénomènes de condensation, augmentation du confort… Pour ce faire, il convient de respecter trois ordres de grandeur, en construction neuve comme en rénovation.

  • Pour le toit : R ≥ 6 m².K/W
  • Pour le mur : R ≥ 3 m².K/W
  • Pour le sol : R ≥ 3 m².K/W

2 - Eviter au maximum les ponts thermiques

Dans un bâtiment non isolé, les ponts thermiques représentent de faibles déperditions (en général inférieures à 20 %) car les pertes globales de chaleur par les parois sont très importantes. En revanche, lorsque les parois sont isolées de manière importante, le pourcentage de déperditions causées par les ponts thermiques devient élevé (plus de 30 %) mais les déperditions globales sont très faibles.

3 - Respecter la réglementation Thermique 2012

La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) a pour objectif, tout comme les précédentes réglementations thermiques, de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu'ils soient pour de l'habitation (résidentiel) ou pour tout autre usage (tertiaire). L'objectif de cette  Réglementation Thermique est défini par la loi  sur la mise en œuvre du Grenelle de l'Environnement. Cet objectif reprend le niveau de performance énergétique défini par le label BBC-Effinergie.

La réglementation thermique en vigueur sera,  par conséquent, renforcée afin que toutes les constructions neuves présentent, en moyenne, une consommation d'énergie primaire (avant transformation et transport) inférieure à 50 kWh/m²/an contre 150 kWh/m²/an environ avec la RT2005.

4 - Consulter un Bureau d'Etudes Thermique

Une bonne maîtrise de vos dépenses énergétiques vous permet de réduire considérablement vos factures énergétiques et d'améliorer les performances de votre système de chauffage. Faire appel à un Bureau d'EtudesThermiques vous permet de bénéficier d'un outil d'aide à la décision simple et clair et de définir un programme de travaux cohérent pour modifier votre installation.

5 - Respecter les consignes de pose :

  • DTU

  • Avis Techniques

  • Cahiers des Charges

  • Documentations...

6 - Choisissez le bon isolant...

1 - La Qualité

Exigez une résistance thermique certifiée par un organisme officiel. ACERMI, CSTB

2 - La Performance Thermique

Privilégiez un isolant avec une conductivité thermique faible pour générer les plus fortes économies et le meilleur confort. Pendant toute la durée de vie de votre maison, vous réalisez 25 à 35 % d'économie d'énergie en améliorant votre confort.

3 - La Durabilité

L'humidité, la poussière, les efforts mécaniques réduisent fortement l'efficacité de l'isolant dans le temps.

L'isolant doit être :

  • Protégé par un pare-vapeur
  • Résistant mécaniquement, sutout en sol (classement ISOLE I4).

4 - Les Gains de Surface

En rénovation, en neuf si la surface habitable est votre préocupation,


Gagnez des m2 avec des isolants performants et des techniques innovantes :

GAIN : 4 à 6 m2 d'ESPACE HABITABLE

5 - La Facilité de Pose

  • Léger
  • Plan
  • Simple à découper
  • Résistant

6 - L'Acoustique "ATTENTION ! Ce point est délicat.

Si vous avez des problèmes acoustiques à régler, nous vous conseillons de vous rapprocher d'un spécialiste.
En neuf, les performances acoustiques sont données par l'élément faible de la pièce (ouverture, entrée d'air...).
Inutile d'utiliser un isolant thermo-acoustique dans ce cas. Il faut plûtot travailler sur ces points faibles.

7 - Le Prix

En général, plus un isolant est performant, plus son prix d'achat est élevé, mais plus les économies d'énergiegénérées sont importantes. Par ailleurs, l'utilisation de tels isolants augmente votre confort et limite la polution liée aux gaz à effet de serre.
L'écart de prix à l'achat est donc rattrapé sur les premières années d'exploitation, si bien qu'en 20 ans, vous pouvez récupérer jusqu'à 3 ou 4 fois le surcoût d'investissement.